Mise en oeuvre

Si vous travaillez avec du carton multijet et que vous l'utilisez correctement, vous verrez qu'il s'agit d'un matériau très accommodant. Sa construction multijet est à la base des nombreuses propriétés qui vous permettront d'obtenir les meilleurs résultats en termes de qualité et de machinabilité dans vos opérations d'impression et de finiton. Cette construction multijet exige cependant quelques précautions spéciales, mais essentielles, en matière de manipulation.

Le carton, l'humidité et la planéité

Le carton est sensible aux changements d'humidité. La meilleure façon de préserver ses propriétés d'origine pendant toutes les étapes de la production consiste à conserver son taux d'humidité d'origine. L'exposition à des variations d'humidité entraînerait un changement de forme ou de dimensions du carton. L'assèchement le rendrait plus cassant.

Notre carton est fabriqué à un taux d'humidité d'origine correspondant à une humidité relative d'environ 50% á 23 °C. C'est l'humidité idéale pour l'impression et une bonne machinabilité. Avant l'expédition, le carton est conditionné sous un emballage étanche, qui lui assure une protection optimale contre les changements d'humidité. Cette protection dure tant que l'emballage reste intact.

Les changements de dimensions des fibres

Le processus de fabrication sur la machine
à carton a toujours tendance à orienter les
fibres dans le sens machine (SM). Les
changements de dimensions de la feuille
sous l'effet de l'humidité seront donc plus
prononcés dans le sens travers (ST).
Cliquez pour agrandir.

Les fibres de cellulose sont hygroscopiques et réagissent aux changements d'humidité en gonflant quand elles absorbent de l'humidité et en rétrécissant quand elles en perdent. Pour les fibres de cellulose elles-mêmes, le changement relatif de dimensions (gonflement et rétrécissement) peut être jusqu'à trois fois supérieur dans leur largeur par rapport à leur longueur. Sur la machine à carton, le processus de fabrication donne toujours la préférence à l'orientation des fibres dans le sens machine (SM) de la feuille. Cela signifie que la majorité des fibres du carton sont orientées dans le sens de la longueur, dans le sens machine. Lorsqu’on transforme du carton, la direction des fibres est donc un paramètre essentiel dont il faut tenir compte pour l’orientation des feuilles lors des opérations d'impression et de finition.

 

La fibre de bois gonfle plus en largeur qu'en
longueur. Cliquez pour agrandir.

Le carton est fabriqué pour rester plat dans un environnement défini d'humidité relative de 50% á 23 °. Son exposition à un autre environnement modifierait sa forme. Le carton étant un matériau naturel, il n'y a pratiquement aucun moyen de l'empêcher d'adopter un taux d'humidité en équilibre avec l'air ambiant. Tout changement de taux d'humidité agit sur le diamètre des fibres de cellulose et donc sur la forme de la feuille de carton. Si le recto et le verso de la feuille de carton subissent les mêmes changements d'humidité ambiante, ces changements n'affecteront que les dimensions de la feuille – son expansion ou son rétrécissement. En revanche, si les changements d'humidité ne sont pas les mêmes sur les deux faces, les changements de dimensions seront asymétriques et la feuille va tuiler.


Les différents types de tuilage et de vrillage

Sous l'effet du phénomène d'hystérésis,
les changements d'humidité relative dans
l'environnement de transformation agissent
sur l'humidité du carton de manière différente
selon que l'humidité augmente ou diminue.
Cliquez pour agrandir.

Les déviations de la planéité sont définies en termes de tuilage et vrillage. Il est important d’évaluer la planéité sur une seule feuille et non sur une palette, la forme d'une palette pouvant être influencée par des variations d'épaisseur du carton. Si le tuilage est orienté dans le sens machine du carton, il n'a rien à voir avec les effets de l'humidité. Ce tuilage, appelé tuilage mécanique, se produit quand le carton a été entreposé longtemps en bobines enroulées sur un petit mandrin et qu'il n'a pas été suffisamment redressé lors de la mise en formats.

 

 

Cliquez pour agrandir.

Les meilleures pratiques après la livraison

Assurer un bon sockage

Il est très important de prévoir de bonnes condition de stockage pour le carton dès son arrivée. Le carton étant hygroscopique, il ne faut pas l'exposer à des conditions trop humides ni trop sèches pour préserver son taux d'humidité d'origine. Il ne faut pas non plus l'exposer à des températures trop basses ou trop hautes et éviter de l'entreposer directement au soleil.

Précautions conseillées

  • Laissez l'emballage en place jusqu'au moment de l'impression. Ceci est important puisque le plastique protège non seulement le carton, mais en plus il préserve son taux d'humidité d'origine. 
  • Ne laissez pas les palettes de carton à l'extérieur, même sous un toit. Les fluctuations de température et d'humidité risqueraient d'altérer les propriétés du carton en faisant gonfler ou rétrécir ses fibres. 
  • Veillez à ce que le carton soit rangé dans un local de température et d'humidité constantes pour qu'il s'acclimate à l'environnement dans lequel il sera imprimé.

Les meilleures pratiques en production 

Traçabilité

Le carton livré est identifié par son numéro de commande et son numéro de palette ou de bobine. Nous vous recommandons de noter ces numéros pour assurer l'identification et la traçabilité lors de l'impression, de la finition, et de l'utilisation, ou de garder les étiquettes jusqu'à la fin du travail. Si vous connaissez le numéro de la commande et de la palette, il sera plus facile de résoudre tout problème éventuel de variations de qualité.

 

Avant l'impression et la finiton

Il est essentiel de manipuler correctement le carton pour obtenir les meilleurs résultats d'impression, de finition et lors de son utilisation finale. À cette fin, nous vous recommandons de suivre les procédures suivantes :

  • Évitez d'imprimer sur du carton qui n'a pas été « au repos » dans son emballage plastique pendant deux ou trois jours après la livraison.
  • N'enlevez pas les emballages résistants à l'humidité tant que le carton n'a pas atteint la température ambiante de l’atelier d'impression ou de finition. Tenez compte du tableau ci-dessous. 
  • L'humidité relative recommandée dans les ateliers est de 45 à 60% á 23 °C pour éviter le tuilage, le vrillage, les défauts de repérage ou autres problèmes. Consultez la section ci-dessus intitulée « Le carton, l'humidité et la planéité ».
  • Évitez la coupe manuelle des feuilles. Si les coupes ne sont pas absolument parfaites, elles risquent de causer des contraintes dans les feuilles, et par conséquent la séparation des différents jets fibreux.

Le tableau ci-dessous indique le temps de réchauffement requis avant de retirer les emballages, c'est-à-dire le temps nécessaire au carton pour atteindre la température ambiante, en fonction de la différence de température initiale.

Poids de la palette ou la bobineDifférence de température initiale entre le carton et l’atelier (température de l’atelier estimée à environ 20°C)
  10 °C 20 °C 30 °C
400 kg 2 jours 2 jours 3 jours
800 kg 2 jours 3 jours 4 jours
1,200 kg 2 jours 4 jours 5 jours

Il est très important de tenir compte du temps de réchauffement. Le temps requis pour atteindre l'équilibre de température dépend de la différence de température et du poids de la palette ou de la bobine de carton. Ne retirez pas les emballages tant que le carton n'a pas atteint la température de l’atelier. Si on expose un carton froid déballé à un environnement chaud, l'air au voisinage du carton risque de se refroidir au-dessous de son point de rosée (c'est-à-dire la température où il se condense). L'humidité produite sera alors absorbée par le carton.

Pendant l'impression et la finition

Le carton multijet doit être manipulé avec soin, car il risque d’être facilement endommagé. Un des problèmes éventuels consiste en la formation de « cigares » causés par l'enroulement du jet fibreux supérieur d'une feuille. On évitera entièrement ce problème en commandant au fabricant du carton non enramé et au format exact souhaité. Si le carton est empilé directement sur la palette par le fabricant (sans manipulation ultérieure) et que l'imprimeur marge directement, ces « cigares » ne se produisent normalement jamais. S'il vous faut ré-empiler le carton, évitez de déplacer des rames trop lourdes ou faites-le avec deux opérateurs.

Après l'impression et la finition

 

 

 

 

 

 

Le taux d'humidité peut diminuer après l'impression, surtout lorsque la feuille a été séchée aux Infra Rouge ou aux Ultra Violet. Si la température de la pile dépasse 60°C et que le carton n'est pas correctement protégé, il risque de perdre de son humidité en refroidissant.

C'est pourquoi il faut ré-emballer les piles de carton avec un matériau résistant à l'humidité après l'impression. Cette protection est particulièrement importante pour assurer un repérage parfait lorsque le carton est imprimé en deux ou plusieurs passages. Il est également important de l'emballer ainsi pour obtenir un bon repérage entre l'impression et les opérations suivantes – coupe et rainage, massicotage ou reliure.

Le produit fini devra également être emballé dans un matériau résistant à l'humidité après la finition et avant l'expédition au client ou vers d'autres sites de finition.

Contact

Iggesund Paperboard
825 80 Iggesund
Sweden

+46 650 - 280 00
info@iggesund.com

Connect with Iggesund

  • Holmen.com
  • Cookies
  • MyPages
  • Imprimer

© Iggesund 2016